Les fondements de notre éthique

Dès sa première parution, Le geste d’écriture affirmait une volonté de ne jamais mettre l’enfant en difficulté.
Pour cela, y étaient annoncés cinq points clés qui constituent le socle éthique de la double méthode : qu’il s’agisse de rééducation ou d’enseignement les graphodidacticiens/nes 

  • n’exigent de l’enfant que ce qu’il lui est possible de réussir, ce qui, en classe, est facilité par la différenciation et lui est un tremplin pour progresser,
  • utilisent tout ce qu’il sait faire et le mettent en valeur pour le motiver à aller plus loin,
  • travaillent en transversalité pour alléger les ancrages mnésiques,
  • ne brulent jamais les étapes, 
  • maintiennent la motivation de l’enfant en suscitant sa curiosité et en mettant en valeur ses réussites.

Ils veillent aussi à éviter en rééducation toute pression psychologique qui serait due à la présence inutile d’un tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *