Le handicap de la lenteur

 12 ans ! C’est le collège, bientôt le lycée.
La poursuite des études de M….., en classe de 4e, était déjà compromise par la lenteur de son écriture. A ne pas pouvoir écrire plus vite M….. se décourageait : impossible de prendre la totalité des cours. Il lui fallait compter sur les copains pour les recopier le soir, ce qui, en même temps, le privait trop souvent de passer du bon temps avec eux.

Quatre séances ont suffi à régler le problème.

La recette ? A part égale : de la motivation, de l’assiduité à réaliser les exercices quotidiens, de la persévérance pour aller jusqu’au bout, le respect des consignes. Bravo à M… d’avoir regroupé tous ces ingrédients pour profiter au mieux de la compétence de la graphodidacticienne.

M…… a pu modifier sa tenue de crayon et a réglé les quelques autres anomalies de son écriture afin de lui donner de la vitesse et de la fluidité. Il a découvert le plaisir d’écrire et a même découvert celui d’écrire au stylo-plume. Son écriture ne sera plus un handicap pour la suite de son parcours, ni pour passer, le cœur léger, de bons moments avec les copains à la sortie du collège. Que du bonheur !

Sa tenue de crayon avant  et après rééducation
     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *