Ça s’arrangera ? Pas si sûr.

Ne vous inquiétez pas, ça s’arrangera, il est jeune. 
Ces paroles bienveillantes rassurent les parents inquiets de constater la production graphique de leur enfant.

D’ailleurs on reconnait bien ici le l et le e de “elle” , le p et le e de “petit”. C’est vrai, nous sommes mi juin, mais ne vous inquiétez pas, il est encore en maternelle, au CP ça s’arrangera. 

C’est vrai que quelques mois plus tard l’écriture a évoluéFin CP son écriture est lisible. Vous voyez, ça s’est arrangé. 

Mais voilà : en classe de 5ème l’enfant décroche. C’est trop difficile d’écrire. L’effort requis pour que son écriture soit lisible lui est coûteux ; l’enfant est pris d’un véritable rejet de l’écriture et, par contrecoups, s’installe un rejet de l’école.

Une rééducation graphique s’impose. 
L’enfant ne sait pas tenir ni manier son stylo ce qui l’empêche de stabiliser sa ligne.
Cela se voyait déjà aux tremblements et aux différences d’appui dans l’écriture de maternelle. Fin CP le problème était masqué par l’usage quotidien du papier ligné. Il était masqué mais il n’avait pas disparu et avec lui un certain nombres de défauts qui n’auraient pas échappé à l’œil averti du graphodidacticien. Nul besoin  de voir l’enfant écrire pour que, en professionnel averti, il les repère et alerte sur la nécessité d’une rééducation avant même d’avoir vu l’enfant et cela dès le début de sa scolarité.

Si cette question avait pu échapper, celle de la formation des lettres aurait dû alerter.
L’enfant en connait la forme globale mais, au lieu de les tracer d’un seul tenant il les trace en petits morceaux qu’il raccorde les uns aux autres de même qu’il raccorde les lettres entre elles pour écrire en attaché au lieu d’écrire en cursive. 

Donc oui, le problème se voyait depuis longtemps.
Non, ça ne s’arrange jamais tout seul.
Oui tous les dysfonctionnements auraient pu être traités dès le CP voire la GS. 
Oui, l’enfant y aurait gagné non seulement en qualité d’écriture, mais aussi en quiétude et efficience dans toutes ses activités scolaires. 

Vous avez un doute au sujet de l’écriture de votre enfant ? 
N’hésitez pas  à consulter un rééducateur ou une rééducatrice de l’AR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *